+33 (0)6 44 32 73 80

contact[at]sandrinemulas.com

bio en

Fille d'un dessinateur-illustrateur, Sandrine Mulas est née à Lyon.
Sandrine Mulas aborde tous les côtés de la vie avec beaucoup de passion et d'engagement.
Après avoir été basketteuse professionnelle, elle se consacre progressivement à une activité de création.
Venant d'un milieu artistique, elle transmet désormais elle même cet héritage à travers de magnifiques observations photographiques.
C'est auprès de son père dessinateur, puis de Patrice Cadiou, sculpteur et peintre que Sandrine appréhende la lumière et ses jeux, les volumes, l'émotion, la respiration et l'intention...
Elle utilise la lumière, qu'elle capture dans sa boite noire, sur pellicule ou capteur numérique.
Ces prises de vues nous fascinent car elles nous paraissent étrangères alors que les détails nous sont connus.
Elle dit : « je dois arrêter de chercher les clefs de la valise partout. Surtout que c'est la valise entière que j'ai perdue».
Cette confession résume le personnage : Sandrine Mulas est une femme qui cherche en courant à résoudre une énigme dont la clef serait perdue quelque part dans la consigne automatique de la gare d'une ville inconnue.
Pas facile.
Quand elle parle, ce que l'on perçoit d'abord c'est l'intensité, la permanence et l'endurance de sa course.
On comprend vite qu'elle a besoin de courir. Plus que de savoir pourquoi elle court.
Mine de rien, comme par inadvertance Sandrine Mulas nous propose une halte salvatrice dans ses photos avec parfois des versions étranges, déroutantes.
L'étrangeté n'est pas notre ennemi mais notre ombre, notre fantôme. 
 

Sandrine Mulas approaches every aspect of life with passion and commitment.  Having started out as a professional basketball player, she now focuses her creative energy on visual arts and photography.
Coming from an artistic background, she now transmits this heritage herself through magnificent photographic observations.
It is with her father, draftsman, then with Patrice Cadiou, sculptor and painter that Sandrine understands light and its effects, volumes, emotion, breathing and intention....
She favours the use of light, which she captures using a black box, film or digital sensor.
She says: "I must stop looking for the keys to the suitcase when it's the whole suitcase that I have lost."  This admission sums up her whole being: Sandrine Mulas is a woman who is running to solve an enigma, the key for which could be lost in the automated left luggage locker of a station in an unknown city.
No easy task!
When she speaks, the first thing one notices is her intensity and fixation on her direction.  It's easier to understand that her need to run rather than her reason for running.
"We all have certain ghosts that run along side us.  The trick is not to let them run away from you through fear of getting tired trying to catch up with them".
Casually, almost inadvertently, Sandrine Mulas offers us a life saving break from this race through her strange, disorientating creations.
"Strangeness is not our enemy, but our shadow, our ghost".

Sandrine Mulas

Based in Issy les moulineaux (France)

portfoliorsssee archive

VISMAVILLE en CONFINEMENT // AU BALCON // Episode 19

Il n'y a que les montagnes qui ne se rencontrent pas

CORONAVIRUS : Paris INSOLITE

Photos insolites de Paris pour cause d'épidémie ...

VISMAVILLE en CONFINEMENT // AU BALCON // Episode 18

J'ai planté des fraises et des framboises.

VISMAVILLE en CONFINEMENT // AU BALCON // Episode 17

Break du dimanche des Rameaux

VISMAVILLE en CONFINEMENT // AU BALCON // Episode 16

Il boit et il dort, tous les après-midi depuis le début de la semaine.

VISMAVILLE en CONFINEMENT // AU BALCON // Episode 15

« Gling, Ah, j'ai reçu un message »

VISMAVILLE en CONFINEMENT // AU BALCON // Episode 14

La dame aux cheveux nuages pleure...

VISMAVILLE en CONFINEMENT // AU BALCON // Episode 13

Je n'y suis pas allée... Puis j'y suis allée, mais trop tard.

VISMAVILLE en CONFINEMENT // AU BALCON // Episode 12

Je ne sais pas si je vais continuer...Je tourne en rond...

VISMAVILLE en CONFINEMENT // AU BALCON // Episode 11

Vent glacial

VISMAVILLE en CONFINEMENT // AU BALCON // Episode 10

Je ne comprends pas, puis comprends...

VISMAVILLE en CONFINEMENT // AU BALCON // Episode 9

Odette, 3ème balcon en direction du ciel, aura 100 ans le 13 Novembre.

VISMAVILLE en CONFINEMENT // AU BALCON // Episode 8

" J'ai eu cette couronne quand on pouvait faire des soirées ! »

VISMAVILLE en CONFINEMENT // AU BALCON // Episode 7

Je n'ai plus d'encre dans mon imprimante.

VISMAVILLE en CONFINEMENT // AU BALCON // Episode 6

J'ai failli ne pas y aller ....

VISMAVILLE en CONFINEMENT // AU BALCON // Episode 5

Je suis arrivée à 12 ans dans cet appartement. J'en ai 82.

VISMAVILLE en CONFINEMENT // AU BALCON // Episode 4

Quand tout sera fini, on ira voir les indiens !

VISMAVILLE en CONFINEMENT // AU BALCON // Episode 3

Il s'appelle bien M. LGEMBRE !

VISMAVILLE en CONFINEMENT // AU BALCON // Episode 2

J'étais au rdv de 11H... personne...puis, ils étaient là !

VISMAVILLE en CONFINEMENT // AU BALCON // Episode 1

Rue de l'Abbé Derry, Jour 4 de confinement, conversation entre balcons.

Fermeture des plages

Fermeture des plages pour cause de Coronavirus

Le jour du confinement officiel

Paris - Mardi 17 MARS 2020, 12H, heure officielle du confinement.

Je suis un toplaicilar

Découverte du metier du toplaicilar.

Les femmes poubelles

Ces femmes et enfants qui cherchent de la nourriture dans les poubelles.

Fort comme un Turc !

Les hommes turcs sont réputés pour être trapus et forts.

Le choc des époques

Istanbul, cette ville où le changement d'époque est visible.

Les régimes spéciaux des retraités d'Istanbul

Les rues d'Istanbul en Turquie sont remplies de personnes agées au travail. Bien loin des régimes specifiques des retraites en France.

Marcel Amont, en toute intimité

Lui, moi et ses chaussons dans l'intimité de sa loge.

ILLUSTRATION de l'actualité - CORONAVIRUS

Le coronavirus à Paris