1 / 11
slider (11)contact planche (11)fullscreen (11)

 

Idhir Baha

La tentation de la violence - Alger

→  commander un tirage papier

La marche du vendredi 12 avril, de contestation contre le pouvoir politique actuel, a connu pour la première fois une répression policière d'ampleur à Alger. Des confrontations entre jeunes manifestants et forces de l'ordre ont commencé rue Didouche Mourad, pour se dissiper à l'entrée du quartier de Bab el Oued, après un fort pic de violence sur les places centrales de Maurice Audin et de la Grande Poste. Les raisons semblent encore floues, alors que quelques heures avant, aux mêmes endroits, la police s'était retirée sous les applaudissements et les "Silmiya Silmiya" des manifestants. Les ordres semblent avoir été très différents par la suite et marquent la tentation de la violence du pouvoir algérien. Beaucoup de blessés manifestants et policiers sont à déplorer. Cette même semaine, mardi, la police s"était employée à dissiper avec force la marche hebdomadaire des étudiants. Le lendemain, mercredi, les rues étaient davantage remplies de manifestants pour dénoncer cette tentation de la répression et de la force par le pouvoir.