1 / 24
slider (24)contact planche (24)fullscreen (24)

 

Rose Lecat

PARI, Les Anges de la Jeunesse Afghane Réfugiée

PARI, Angels of the Afghan youth, refugee in Paris

→  commander un tirage papier
EN | FR

Pari en pachto signie Ange. « Les anges de la jeunesse afghane réfugiée à Paris » est une immersion dans la vie quotidienne d?une bande de jeunes qui ont fui leur pays pour trouver une terre d?accueil et qui découvrent et s?approprient un territoire, les rues de Paris, en attendant la réponse à leur demande d?asile. Une bulle de légèreté dans l?intimité d?une jeunesse, loin des contrôles de police répétés et des démarches administratives compliquées qui caractérisent la politique d?accueil des migrants du gouvernement français.
français.
Contexte :
Suite à l?évacuation du campement d?environ 2500 migrants le 22 juillet 2016, aux alentours du métro Jaurès où se trouve le centre d?enregistrement FTDA (France Terre d?Asile), de nouveaux réfugiés continuent d?arriver quotidiennement à Paris. Un nouveau camp se forme à Jaurès, le long du canal Saint-Martin sur le quai de Jemmapes et sous le métro, constitué principalement de migrants afghans et pakistanais, tandis que la communauté africaine s?installe à Stalingrad et sur l?avenue de Flandre.
À travers les expulsions (les contrôles d?identité musclés répétés qui commenceront n juillet) et les démarches de demande d?asile, les liens se resserrent sur le camp. Certains se sont rencontrés pendant leur voyage jusqu?en Europe, d?autres en France, ils forment à Paris un groupe de jeunes amis afghans, le temps d?une saison. Ils dormiront dans la rue pendant pratiquement un mois avant de bénécier d?un hébergement d?urgence à Paris grâce à l?évacuation du 17 août, puis ils seront dispersés dans des CAO et CADA dans la France entière, tandis que certains partiront à Calais.

Pari, in Pashto means Angel. «The angels of the Afghan youth, refugee in Paris» is an immersion in the daily life of a bunch of young people who have fled their homeland to find a land of welcome and who discovers and appropriates a territory, the streets of Paris, while waiting for the response to their asylum application. A bubble of lightness in the intimacy of a youth, away from the controls of repeated police and complicated administrative procedures that characterize politics of welcoming migrants from the french government. 
Following the evacuation of the camp of about 2500 migrant,on July 22, 2016, around the Jaurès métro, where the FTDA Registration Center (France land asylum) is settled, new refugees continue to arrive daily in Paris. A new camp is building to Jaurès, along the Saint-Martin canal, on the wharf Jemmapes and under the metro, consisting mainly Afghan and Pakistani migrants while the African Community settled in Stalingrad and on the avenue of Flanders.
Through evictions (repeated muscular identity checks that will begin late July) and asylum application procedures, links to tighten on the camp. Some met during their trip to Europe, others in France, they form a group of young Afghan friends, in Paris for a season. 
They will sleep in the street for nearly a month before being granted emergency accommodation in Paris thanks to the evacuation of 17 August, then they will be scattered in CAO and CADA in whole France, while some will go to Calais.