Twitter Instagram Facebook Vimeo RSS
Recherche avancée  
account
 
 
Forgot your password ?

Delphine Blast / Photography

Opéra baroque en Amazonie  /  Texte / Planche / Slide

Commander un tirage

La population indigène de la région de la Chiquitania, située à 200 km de la frontière avec le Brésil a été évangélisée il y a plus de trois siècles par les missionnaires jésuites en utilisant la peinture, la sculpture et surtout, la musique baroque. Classé au patrimoine mondial de l'Unesco, la mission de San Ignacio de Velasco, petite ville située aux portes de l'Amazonie bolivienne et faisant partie de l'une des anciennes missions jésuites de la Chiquitania, en est le parfait exemple. Avec ses rues poussiéreuses, de la musique baroque s'échappe régulièrement des portes de l'église aux colonnes magistralement sculptées dans du bois de l'Amazonie ou sont donnés les cours aux jeunes habitants. Ainsi, dans un décor hors du commun offert par l'architecture baroque des villages chiquitos et les paysages naturels de l'Orient bolivien, de jeunes boliviens apprennent chaque jour à jouer du Vivaldi avec leur violon ou du violoncelle.

Malgré toutes sortes d'obstacles, depuis l'aspect financier jusqu'au manque d'infrastructures, en passant par l'isolement géographique des missions situées à plusieurs heures de piste de la capitale régionale Santa Cruz, les nouvelles générations sont baignées dans l'enseignement musical. Certains enfants commencent la pratique d'un instrument dès l?âge de 3 ans et jouent jusqu'à 5 heures par jour dans le cadre de l'orchestre municipal.

Dans la région, plus de 12 000 pages de musique baroque ont été composées à la fois par des Européens et par la population indigène. Mais ces indiens ne jouent pas seulement la musique baroque, ils ont aussi leur propre musique.

Ce phénomène artistique et culturel a également des retombées sur la santé économique de la région, l'une des plus isolées du pays, à travers un festival international de musique baroque qui attire, tous les deux ans, des milliers de touristes. Ce festival a été crée en 1996 pour diffuser le patrimoine culturel et artistique des missions de la Chiquitania et mettre en lumière l'héritage musical laissé par les pères jésuites.

Rencontre avec la jeune génération fière de perpétrer cette tradition et aux ambitions bien réelles.