1 / 9
slider (9)contact planche (9)fullscreen (9)

 

Anaïs Pachabézian

Sans papiers, sans frontières, une odyssée des temps modernes

→  commander un tirage papier

À l'appel de la Coalition internationale des sans-papiers et migrants (CISPM) dont la CSP75 fait partie, quinze sans-papiers accompagnés d'autant de militants sont partis de Lille, en passant par Bruxelles, Paris, Milan et Gênes pour se rendre au Forum social mondial (FSM) à Tunis.
« Nous traverserons la Méditerranée pour revendiquer la liberté de circulation », déclare Anzoumane Sissoko, porte-parole de la Coordination parisienne des sans-papiers (CSP75). À l'appel de la Coalition internationale des sans-papiers et migrants (CISPM) dont la CSP75 fait partie, quinze sans-papiers accompagnés d?autant de militants sont partis de Lille, en passant par Bruxelles, Paris, Milan et Gênes pour se rendre au forum social mondial (FSM) à Tunis.
Après avoir franchi plusieurs frontières intérieures de l'Europe lors de la Marche européenne des sans-papiers en 2012, la CISPM a décidé de s'attaquer aux frontières extérieures en traversant la Méditerranée dans les deux sens avec des migrants en situation irrégulière sur le territoire français. L'objectif de ce voyage est de permettre aux sans-papiers de faire entendre leur propre voix au FSM.
Arrivée à Tunis le dimanche 24 mars 2013, la caravane de migrants et militants est refoulée par les autorités tunisiennes. Mais l'armateur s'oppose à l'embarquement. Après un bras de fer de plusieurs heures, le groupe parvient à remonter à bord du bateau. À leur arrivée à Gênes, les sans-papiers risquent la rétention et l'expulsion vers leur pays d'origine.

Ce travail a fait l'objet d'un court-métrage documentaire du même nom que la série (2014, 16'37).